Les Voeux du Verre: #20VIN

Les Voeux du Verre: #20VIN

Cette étrange expérience qu’est le réveil matinal ou tardif du 1er janvier! Une alchimie mêlant à la fois douleur, aigreur et fatigue. Sensations conjuguées à un bonheur presque aérien, une dose mesurée d’optimisme et pour certains, un brin d’ivresse lancinante dû aux excès de la veille. C’est l’heure du rangement, de la vaisselle et des résolutions. Ce vaste chantier qu’est le démarrage d’une nouvelle année, on se doit de l’entreprendre avec pragmatisme et sérénité, pas toujours facile, vous l’avouerez! Si on se saborde de suite, avachi dans le sofa, en avalant des comprimés de BFM ou de CNEWS, alors il faudra se résoudre à accepter la lourde actualité que l’on subit ces derniers mois. Non, on ne va pas faire ici l’inventaire des choses qui ne vont pas , qui n’ont pas de sens, qui ne trouvent pas de réponses, qui bloquent, qui brûlent, fondent ou encore disparaissent…la liste est longue et le fait de devoir les évoquer ici en détails me paraît limite anxiogène. Sans pour autant faire abstraction de ce quotidien difficile, on va plutôt, à travers ces voeux, entrevoir la nouvelle année, le verre à la main, avec sourire, hédonisme et légèreté . Mirer avec attention les couleurs et reflets, renifler avec curiosité les multiples parfums, découvrir et déguster les saveurs innombrables des millésimes passés. Millésimes qui, pour les plus aboutis, sauront s’inscrire durablement dans cette nouvelle décennie. Une nostalgie embouteillée, étiquetée et entreposée dans les caves des passionnés et des amateurs, comme le souvenir précieux de ces années ’10. Une collection sur laquelle on veillera avec passion. Une par une, les nouvelles bouteilles s’installeront confortablement dans nos caves tandis que les résidentes sortiront de ce même lieu soit de manière précoce, à leur pic d’apogée ou réveillées de leur lent déclin. Elles partiront toutes pour le grand cérémonial du débouchage, de la découverte, de la critique et du partage.

Ceci et bien plus encore: une vie de sommelier. Comme l’aventure exaltante que je parcours depuis déjà 20 ans. Découvrir les témoignages d’un passé proche ou lointain, en ouvrant, en dégustant des vins modernes, anciens ou encore vénérables. Boire les paroles de vignerons comme André Ostertag (Domaine Ostertag – 67) ou encore Jérôme Bressy (Gourt de Mautens – 84) quand ils parlent avec fascination de la relation intime qu’entretiennent leurs vignes respectives et le cycle des saisons. Voir, écouter, sentir les premiers jus sortir du vieux pressoir vertical situé dans le chai du « vigneron-paysan » de Faugères, Didier Barral (Domaine Léon Barral – 34). L’analyse aussi. Puiser par exemple dans ses ressources intellectuelles, ses acquis, pour essayer de comprendre pourquoi ce Gevrey-Chambertin Premier Cru 1999 de Jean-Louis Trapet, pourtant dans sa vingtième année, n’a pas voulu s’ouvrir et s’exprimer pleinement dans mon verre lors du récent réveillon de Noël. Et puis, les moments de grâce absolue, le privilège de la profession, ceux que j’appelle « mes monuments », des instants rares samplés en petites doses dans le verre du sommelier: Clos Saint Hune 1983, Haut-Brion 1929, Romanée-Conti 1961, Cros-Parantoux 1985 de Jayer, Klein Constantia 1791 pour ne citer qu’eux…

« 20VIN » pour 20 années de sommellerie, de lecture et d’écoute, de rencontres et de partage, d’expériences cumulées dans les grandes salles de restaurants étoilés, au fond de leurs caves souterraines, voisines des lignes de métro ou encore creusées au pied ou dans le ventre de majestueuses montagnes. 20 années entrecoupées de voyages à travers le monde, de remises en question, de réflexions suivies de décisions, bonnes et parfois mauvaises…il faut de tout, pas de regrets! C’est un parcours et aujourd’hui, c’est aussi un cap que je suis heureux de partager avec vous sur le blog. Les victoires et les défaites sont comme des étapes inscrites sur notre itinéraire de vie terrestre et on aime s’en rappeler et les évoquer quand on quitte une décennie pour une autre. Alors si l’heure est au bilan, dégustons d’abord ensemble ces grands vins! Partageons les dans une joie saupoudrée d’insouciance et quand nous aurons retrouver nos esprits et nos pleines dispositions, nourrissons nous alors du passé et de ses enseignements pour trouver la force, restaurer la confiance, éteindre les feux, stopper le gel, préserver nos sols, calmer les colères ou plus humblement multiplier les petits gestes du quotidien plein d’amour et de bienveillance pour les nôtres comme pour les autres.

Happy « 20VIN », meilleurs voeux et meilleurs verres à vous tous

JFL

Janvier 2020

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :